CDI

Accueil au CDI d'Alexandre Chardin, auteur

Par MARION TOUSSAINT, publié le mardi 14 décembre 2021 13:56 - Mis à jour le mardi 14 décembre 2021 15:50
IMG-20211126-WA0049.jpg
Les 6e3 et Mme Aouchiche ont préparé la venue de l'auteur Alexandre Chardin le vendredi 26 novembre 2021 dans le cadre du 32e Festival du Livre de Colmar. Cliquez sur le titre de l'article pour en savoir plus et découvrir la galerie photo !

Depuis le début du mois de novembre, les élèves de 6e3 ont découvert avec leur professeur de français Mme Aouchiche l’auteur jeunesse Alexandre Chardin et ses nombreux livres. Ils se sont notamment intéressés au Goût sucré de la peur, sélectionné pour le prix des Incorruptibles en 2018.

C’est par une haie d’honneur que les collégiens apprêtés avec un nœud papillon, marque de fabrique d’un certain auteur de Saint Amarin, ont accueilli Alexandre Chardin dans le CDI le vendredi 26 novembre 2021. L’auteur a beaucoup apprécié l’accueil chaleureux et a d’entrée de jeu répondu à toutes les questions. C’est ainsi qu’il a dévoilé ses sources d’inspiration : une maison près de son domicile dans le Goût sucré de la peur ou des anecdotes vécues avec son papa dans Vacances d’Apache. Il a relevé la maturité de certains élèves à avoir pu lire des romans pas si évidents pour des enfants de leurs âges tels que le Cercueil à roulettes.

Les élèves ont ensuite présenté leur travail : mise en voix de leur passage préféré extrait de Bandes de poètes, boîtes de lecture, d’abécédaires, dessins,… L’auteur s’est amusé des photographies insolites réalisées par les collégiens, sur leurs retrouvailles avec les livres.

La rencontre s’est poursuivie par une activité qu’il apprécie particulièrement : le travail d’écriture à partir d’une scène du film d’animation japonais Princesse Mononoké.

La rencontre s’est achevée par une réplique phare scandée par les élèves : « Il faut être un Apache ! Toujours avec panache ! », clin d’œil à l’un de ses romans, suivi d’une séance de dédicace.

Tous les talents ont pu ainsi être exploités.  Les élèves   ravis ont avoué à leur professeur que l’écrivain « a embaumé leur journée par sa bonne humeur ».